La femme en vert d’Arnaldur Indridason

Synopsis :

Dans un jardin sur les hauteurs de Reykjavik, un bébé mâchouille un objet étrange… Un os humain ! Enterré sur cette colline depuis un demi-siècle, le squelette mystérieux livre peu d’indices au commissaire Erlendur. L’enquête remonte jusqu’à la famille qui vivait là pendant la Seconde Guerre mondiale, mettant au jour les traces effacées par la neige, les cris étouffés sous la glace d’une Islande sombre et fantomatique…

Mon avis :

Ayant lu en septembre dernier le premier livre de cet auteur La cité des jarres et vu a quel point je l’avais apprécié, j’avais très envie de me plonger de nouveau dans son univers. Cela n’a rien d’étonnant lorsqu’on commence a me connaitre et qu’on sait que j’ai été profondément touché par mon voyage en Islande l’été dernier… Oui, en fait, c’est toujours un prétexte pour y retourner au moins par la lecture et en connaître un peu plus sur les lieux et l’histoire islandaise!

C’est donc avec un grand plaisir que j’ai lu ce deuxième livre narrant les enquêtes du commissaire Erlendur, personnage renfermé et mystique, divorcé, père de deux enfants instables qui, devenus adultes, ont sombré du côté obscur de Reykjavik, ce qui n’a rien arrangé sur la vision sombre de la vie par Erlendur…

Ce livre est l’occasion pour Erlendur de tenter d’identifier le squelette de « l’homme de Thusold », découvert par une mère de famille par l’intermédiaire de son bébé qui avait trouvé comme jouet un os a mordiller… Ragoûtant non?

Comme dans son premier roman, Indridason garde ce style spontané et direct qui semble lui être propre, il ne fait pas de détours et c’est ce qui nous permet de nous immiscer dans l’intimité de la vie d’une famille islandaise atypique vivant pendant la seconde guerre mondiale…

Ainsi, le roman oscille entre l’enquête en cours, le récit cru et douloureux de la vie d’une famille connaissant la répression et la violence physique et psychologique inouïes d’un père de famille envers sa femme, et la solitude d’Erlendur face a sa fille Eva Lind, droguée, alcoolique et enceinte, plongée dans le coma suite a une énième overdose…

Au fil du roman, on en apprend un peu plus sur les caractéristiques des ossements retrouvés, sur leur probable origine, et jusque dans les dernières pages, on a des doutes sur son identité. Du côté historique, on apprend sur la façon dont l’Islande s’est retrouvée sous l’aile (ou l’emprise…) des anglais puis des américains lors de la seconde guerre mondiale et surtout sur la façon dont ces deux nations ont façonné et bouleversé l’avenir du pays qui est aujourd’hui très américanisé, notamment dans la nourriture… Cela m’a réellement permis de comprendre un peu mieux l’Islande actuelle et de répondre a certaines des questions que je m’étais posées, notamment quant a la différence entre la vie à Reykjavik et le reste du pays… Enfin, ce livre est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le passé d’Erlendur et sur les raisons de  son attitude noire et négative… un secret peut en cacher un autre…

Ce livre est un vrai coup de coeur, je l’ai même préféré à La cité des Jarres, je l’ai peut être trouvé plus proche de la réalité par l’immersion dans une famille… Je vous le conseille donc vivement si vous voulez découvrir la littérature nordique!

Publicités
Cet article a été publié dans Lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La femme en vert d’Arnaldur Indridason

  1. Touloulou dit :

    J’ai moi aussi préféré ce livre à la cité des jarres ! J’avais été un peu agacée par le style, alors que là c’est très bien passé. Et j’ai été très touchée par les personnages, tant la famille que Erlendur face à sa fille. Il faudra que je trouve la suite !

    • Coucou Touloulou, ça fait longtemps tiens! Moi aussi je l’ai largement préféré même si j’avais pour ma part déjà beaucoup aimé l’univers singulier de La cité des jarres! Et moi j’ai déjà la suite dans ma biblio!! 🙂 mais je la garde pour mes moments de nostalgie islandaise 🙂

  2. Fersenette dit :

    J’ai aussi découvert un peu d’Islande historique par ce superbe roman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s