Les mondes d’Ewilan – T.1 – La forêt des captifs

Synopsis : Prisonnière de « l’Institution » – un endroit où des chercheurs dévoyés testent les facultés extrasensorielles de cobayes humains –, Ewilan subit les tortures de la Sentinelle félonne Eléa Ril’ Morienval. Incapable de regagner les Spires, elle réussit à s’échapper grâce à Salim et Maniel dont le sacrifice lui assure la vie sauve. Au cœur des Causses, Salim et Ewilan trouvent refuge chez le vieux berger Maximilien avant de repartir délivrer les autres enfants captifs et livrer une bataille sans merci contre Eléa Ril’ Morienval et les Ts’liches, aidés de leurs anciens alliés. Ewilan parviendra-t-elle à effectuer le grand pas pour retourner en Gwendalavir ?


Mon avis :

Ce tome nous replonge directement en Gwendalavir, où toute la troupe accompagnant Ewilan dans sa quête l’attend afin de poursuivre la route vers la libération des Sentinelles, synonyme de libération de l’Empire de l’emprise des Ts’liches.

Ewilan, qui devait retourner dans notre monde afin de demander de l’aide à son frère de sang Akiro (duquel elle a été séparée lors de son arrivée dans le monde réel), plus âgé qu’elle et donc sensé maîtriser de façon plus poussée le Don du Dessin, revient en Gwendalavir sans lui. La raison?? Il semble finalement n’avoir aucun don, au grand étonnement du sage Duom Nil’Erg et d’Ewin Til Illan, soldat de l’Empire.

C’est donc accompagnée de Salim et de toute la troupe, qui se remplit peu à peu de membres différents telle que la jeune marchombre Ellana (apparue dès le 1er tome) ou encore un Faël, issu d’une autre tribu, qu’Ewilan parcourt différents paysages et affrontent de nombreux ennemis pour rejoindre les frontières de glace où elle doit tenter de libérer les sentinelles. On est alors plongé dans les différentes régions de l’Empire, où l’on voyage tant par les paysages que par les gens rencontrés. On est notamment intrigué par la force « obscure » que dégage Ellana ainsi que par ses moeurs ou ceux d’autres peuples tels que les Faëls… On a envie d’en savoir plus sur leurs pratiques et leurs dons respectifs!

Arrivée aux frontières de glace, Ewilan dompte le dragon et découvre sa Dame. C’est l’un des moments les plus magiques de ce tome. Il nous transporte dans les Spires (au sein de l’Imagination) et nous transcende par la liaison aussi inconcevable que majestueuse entre un dragon et sa Dame qui n’est autre qu’une…baleine!

Ce tome, bien que moins puissant par ses péripéties, l’est tout autant voir plus par l’ampleur que prend le récit, plus profond et plus précis que dans le premier tome. On entre cette fois-ci dans un véritable monde où chaque être et chaque chose lui est propre. C’est vraiment magique et on aimerait tant que cette Imagination et ce don du dessin existent dans notre monde pour embellir notre quotidien!!

Un tome 2 plus profond que le premier tome donc, selon moi, et qui donne bien évidemment envie de savoir comment Ewilan va s’en sortir pour libérer ses parents!

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s