L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

Synopsis : Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s’il n’avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d’une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu’un va attirer Nobody au-delà de l’enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l’éliminer depuis qu’il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux… L’Étrange Vie de Nobody Owens est un roman enchanteur, noir, magique, tendre et profond. La grâce absolue de Neil Gaiman, de retour après son livre-culte, Coraline.

Mon avis :

Mon avis, afin de le comprendre pleinement doit être recadré dans son contexte…

Contexte : J’avais vu il y a plusieurs mois ce livre sur le site Livraddict, grâce auquel je lis beaucoup plus depuis quelque temps… J’adorais (et j’adore toujours) la couverture qui me ne me laissait pas indifférent. Mais après avoir lu le synopsis, celui-ci m’attirait moins, le thème abordé ne me disait pas vraiment… J’ai donc laissé passer le temps et je l’ai trouvé la semaine dernière à la bibliothèque, alors je me suis dit que c’était le bon moment pour me faire un véritable avis sur le livre en dépassant ma première impression plutôt négative!

Oser sauter le pas était vraiment le terme à utiliser car je suis loin d’être friand des histoires se déroulant dans les cimetières ou autres endroits rappelant les morts… Oui, mon rapport avec la mort n’était peut être pas le bon pour lire ce livre, mais je me suis justement dit qu’il fallait se lancer, « vaincre ses peurs » en quelque sorte et lire un livre Jeunesse sur ce thème était la bonne façon d’y parvenir je pense!! 😀

Mon avis, le vrai cette fois : Le roman commence sur les chapeaux de roue par un évènement tragique pour le petit garçon, dont on ne connaît pas le nom au départ, et qui, pour sauver sa peau, se réfugie dans un cimetière. Il est très vite « adopté » par les défunts Mr and Mrs Owens qui décident de le prénommer Nobody. L’ensemble des résidents du cimetière acceptent la présence d’un être vivant après une sorte de « référendum »… ce qui est assez drôle, comme quoi il y a bien une vie après la mort!

Première impression : c’est génial et super original, hâte de voir la suite

Au fil des chapitres, on suit le parcours initiatique du petit Nobody dans la vie, entouré de morts qui le protègent des dangers extérieurs au cimetière et qui lui enseignent les choses importantes pour réussir son éducation. Il fait la connaissance de personnages tous plus étranges les uns que les autres, avec Silas, son tuteur ni vivant ni mort qui s’en va on ne sait où sans donner de raison, Miss Lupescu, qui le sauve des Goules…

[STOP, parlons-en de ces goules!!! J’ai vraiment détesté le moment où le petit Nobody se retrouve plongé dans le monde des goules, je me suis senti mal à l’aise à un point, je crois que ça ne m’était jamais arrivé en lisant un livre. Une chose est sûre, c’est que j’étais plongé dans le livre (voir dans le monde des goules?? :p) car je m’y croyais et la seule chose que j’avais envie de faire : lire plus vite pour vite ressortir de ce passage, pour enfin « respirer »! Mon ressenti est certes un peu excessif, mais c’est bien pour ça que je vous ai parlé du contexte avant de me lancer dans l’avis]

Nous pouvons reprendre : Après ce très mauvais passage (dans le sens ressenti, parce qu’au final très bien imaginé) duquel je suis finalement ressorti indemne en compagnie de Miss Lupescu et Nobody, les chapitres suivant nous montrent à quel point l’enfant a besoin de découvrir le monde qui l’entoure et de désobéir ses parents et son tuteur pour savoir ce qui se cache derrière tous les interdits : il fait alors la connaissance de la sorcière condamnée au bûcher et enterrée dans le cimetière dit « cimetière des pauvres », sort du cimetière sans l’autorisation de Silas mais avec de bonnes intentions derrière la tête… Malheureusement, le petit doit faire face aux dangers extérieurs mais grâce à sa « famille », il est sauvé in-extremis…

Les dangers sont malgré tout de plus en plus présent, du fait des relations de plus en plus fréquentes entre Nobody et le monde des vivants (notamment lorsqu’il vient à être scolarisé…). Après ce passage, Nobody comprend qu’il ne sera jamais en sécurité autre part que dans le cimetière tant qu’il ne sera pas adulte…

C’est sans compter sur l’arrivée, ou plutôt le retour, de Scarlett, première être vivant que Nobody a rencontré dans le cimetière lorsqu’il avait 5 ans, et qui, à cette époque, a dû déménager pour raison personnelle (mutation professionnelle de son père)… Cette dernière reprend contact avec Nobody et c’est à ce moment là que le roman s’accélère!!! Les choses s’enveniment et le reste du roman continue sur ce rythme… jusqu’à la fin… ou presque.

[ Seulement, cet évènement ne survient qu’au delà de la 200ème page (livre qui en fait 310 environ), alors autant dire que j’ai ressenti, à part au moment des goules, un calme plat le reste du temps… ]

Le dénouement de l’histoire est haletant, Nobody met en pratique tout ce qu’il a pu apprendre grâce aux morts (assez vivants pour l’aider) pour se sauver des péripéties qui surviennent et pour rester dans le monde des vivants… Le tout étant assez paradoxal, sachant que les seules personnes sur lesquelles il peut compter sont… mortes… C’est donc un combat controversé auquel se livre Nobody, qui doit survivre aux assauts de ses détracteurs afin de découvrir, réellement, la vie au sein du monde vivant…

C’est ainsi que Nobody quitte définitivement le cimetière et le monde des morts, pour se lancer (enfin) dans son monde, afin de réaliser ses rêves tant qu’il en a la possibilité…

Verdict final : C’est donc un avis assez controversé que j’ai à propos de ce livre. Un univers certes original et troublant, fait de personnages à la fois sombres et lumineux par leurs attitudes et leurs actions qui permettent à Nobody d’évoluer jusqu’à l’adolescence, mais qui me laisse malgré tout sur ma faim…

Avec un peu de recul, je me suis rendu compte que chaque chapitre contait une histoire à part entière et selon moi, chacun d’eux pourrait être une nouvelle différente à chaque fois. Seulement, l’auteur a choisi de tout relier pour en faire une seule et même histoire, qui finalement, reste plate et monotone à mon goût…

Ok, le cadre est extrêmement original, un être vivant qui côtoie les morts, ce n’est pas commun, il faut le dire… Cependant, j’ai la sensation que l’auteur aurait pu aller plus loin et être plus fort dans les descriptions  et le déroulement des évènements afin d’avoir une histoire plus profonde et plus poignante au final…  Je laisse vraiment cette lecture avec un goût d’inachevé… :-S

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

  1. Luna dit :

    Les deux livres de Neil Gaiman que j’avais lu auparavant ne m’ont vraiment pas plu du tout. Mais « L’étrange vie de Nobody Owens » est un petit coup de coeur ! C’est bizarre sans être dérangeant et on se sent totalement à sa place aux côté de Bod, c’est vraiment très agréable 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s