Les cathédrales du vide d’Henri Loevenbruck

Synopsis : Sous couvert de protection de l’environnement, une organisation internationale met la main sur plusieurs régions du globe. Leur motif réel ? Un secret enfoui dans le cœur de la terre depuis la nuit des temps. Alerté par une série de disparitions étranges, Ari Mackenzie, pourtant retiré des Renseignements généraux, décide de mener l’enquête. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les recherches clandestines de cette multinationale et les découvertes de l’alchimiste Nicolas Flamel ? Malgré lui, le commandant Mackenzie est à nouveau confronté à une affaire singulière. La plus dangereuse de sa carrière, sans doute. La dernière, peut-être.

Mon avis :

C’est avec grand plaisir que j’ai participé à ce partenariat organisé par Livraddict et les Editions J’ai Lu. C’est le premier partenariat auquel je participe et pour le coup, je ne suis absolument pas déçu !

J’ai été véritablement conquis par ce livre. N’ayant pas lu Le rasoir d’Ockham, première enquête d’Ari Mackenzie, je peux affirmer que, malgré les nombreuses allusions de celui-ci dans ce deuxième tome, cela ne gêne en rien la compréhension de l’histoire, et c’est tant mieux !

Ayant lu du Maxime Chattam et du Dan Brown, j’étais vraiment très attiré par ce livre, d’autant plus qu’il faisait entrer en scène un sujet qui m’est cher, l’environnement.

Tout d’abord, je dois dire que le style de l’auteur est très fluide et qu’on a pas envie de poser son livre pour aller au boulot ou autre, tout ce qu’on veut, c’est continuer et en savoir toujours plus ! De plus, je me suis souvent attendu à ce qu’il se passe certaines choses, et bien non, jamais il ne s’est produit ce à quoi je m’attendais, ce qui est fort appréciable !

Le début du livre nous met directement au parfum : il s’agira d’une histoire haletante où chaque découverte impliquera danger, traîtrise, sexe, meurtres et révélations en tous genres… couplée à un cadre historique dans lequel Nicolas Flamel, connu aujourd’hui comme L’alchimiste ayant découvert la Pierre philosophale dont le pouvoir est l’immortalité, nous conte la façon dont cette fameuse rumeur a enflé et qui nous révèle, au fil du livre, LA vérité (ou pas ??) sur ce qui s’est réellement passé, tout cela servant bien évidemment de fil conducteur à la résolution de l’enquête menée par Mackenzie…

Nous sommes donc embarqués aux quatre coins du monde, dans un contexte qui se rapproche du nôtre à savoir, l’amenuisement des ressources énergétiques et la recherche secrète d’énergies alternatives impliquant des tensions géopolitiques intenses et amenant à des pratiques illicites, qui malheureusement sont clairement envisageables dans le monde dans lequel nous vivons !

Mackenzie, issu des renseignements généraux français, enquête donc avec ses deux acolytes Iris et Krysztov sur une série de disparitions, pour le moins originales, incluant des scientifiques (géologues, physiciens, chimistes), qui semble liée aux activités d’une ONG possédant des terres immenses dans de nombreux pays en développement. Au cours de cette enquête, Mackenzie découvrira les dessous d’une organisation sensée protéger des populations en danger et leur environnement, servant finalement de banque pour une bande de malfrats désireux de devenir les maîtres du monde par la découverte de nouvelles énergies révolutionnaires à l’aube d’une crise planétaire…

Dans ce livre, j’ai tout d’abord beaucoup aimé la façon dont le récit est développé : en effet, celui-ci est réparti en trois grandes parties, Nigredo, Albedo, Rubedo, qui sont les trois phases de l’alchimie permettant de fabriquer la Pierre Philosophale. Ainsi, il était selon moi très intéressant de faire un parallèle entre cette « science » et les différentes étapes nécessaires à Mackenzie pour construire son enquête et pour en découvrir les dessous. En effet, chacune de ces trois étapes débute par des péripéties amenant Mackenzie à s’interroger sur de nouvelles informations et est ponctuée par un aboutissement, soit par la découverte de nouveaux éléments d’enquête, soit par des révélations permettant à Mackenzie d’avancer vers la vérité, celle qu’il attend depuis si longtemps…

Ces trois étapes sont donc pour moi primordiales et sont inévitablement le pilier du message que veut faire passer l’auteur. En effet, cela amène forcément le lecteur à s’interroger plus précisément sur les faits historiques liés à l’alchimie et à la Pierre philosophale.

En parallèle, le récit de Nicolas Flamel m’a permis de rester en quelque sorte « les pieds sur terre », invoquant le fait qu’à partir de rumeurs, tout peut être et exister…

Au final, ce thriller m’a beaucoup plu car j’ai à la fois apprécié la description des personnages, les liens qui pouvaient exister entre eux, leurs sentiments, ainsi que tout ce qui se rapporte à l’histoire de l’alchimie et notamment son lien délicat avec la science. En effet, il me paraît important de souligner la contradiction de cette alliance entre les deux (il ne s’agit là que de mon avis bien évidemment) : l’alchimie et la recherche de la Pierre philosophale ne sont que des « légendes ». Or, ces légendes ont été créées à partir de la science et des différentes expériences qui ont pu être faites. Ayant toujours cru qu’un scientifique était quelqu’un de rationnel, quelqu’un pour qui rien ne peut exister sans des chiffres, des propriétés, des théorèmes, des lois… l’engouement de certains d’entre eux pour l’alchimie m’a montré que même des gens dits « rationnels » peuvent être responsables d’une dérive qui entraînent des milliers d’êtres humains dans des impasses (ce qui peut être le cas des sectes par exemple). Bien sûr, je pourrais développer encore et encore, mais tout cela montre bien que ce livre a une portée, en tout cas pour moi, bien plus grande qu’un simple thriller. L’implication d’une ONG dans une recherche de l’irrationnel y est également pour quelque chose…

En conclusion, j’ai vraiment adoré ce livre qui me fait beaucoup réfléchir sur notre monde et qui me fait me poser un nombre incommensurable de questions sur de nombreux sujets… ce que j’adore et je peux l’affirmer, est ma raison d’être !!!

Merci donc à Livraddict et aux éditions J’ai Lu de m’avoir permis de découvrir ce livre que je conseille à tout le monde !

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s